Définition

Pour définir si une personne est sourde ou malentendante, on peut utiliser les différents critères :

  • Médicaux (degré de la perte auditive)
  • Culturels (préférence pour la Langue des Signes française (LSF) ou pour la langue orale soutenue par la lecture labiale et/ou le Langage Parlé Complété (LPC)
  • Autres (capacité de converser au téléphone, etc..).

Il faut également ajouter l’importance de l’auto-identification : c’est la personne elle-même qui détermine si elle est sourde ou malentendante (notion d’identité culturelle), et ceci n’est pas toujours lié au degré de la perte auditive.

Le devenu sourd

Le devenu sourd est une personne ayant entendu pendant une période suffisamment longue pour acquérir le langage oral et écrit comme un entendant, puis ayant dans un deuxième temps perdu l’audition de façon quasi-totale de sorte qu’elle n’arrive plus à communiquer avec son entourage par le seul canal auditif.

Majoritairement les devenus sourds utilisent couramment le français oral, voire le LPC, et n’utilisent pas ou peu la Langue des Signes française.

Langages de communication :

 Langue des signes

Lecture labiale

 Langage Parlé Complété (LPC)

Critères indicatifs de classification :

Le critère médical

D’après certaines sources, une personne présentant des restes auditives est considérée comme étant malentendante, tandis que les personnes sourdes sont celles qui ont perdu toute capacité auditive.

D’après d’autres sources, une personne malentendante présente une perte auditive allant de légère à sévère voire profonde, tandis qu’une personne sourde présente une perte auditive allant de profonde à totale.

La gamme de fréquences perçues par la personne malentendante ou sourde (avec ou sans appareillage) joue également un rôle très important dans sa capacité ou non de percevoir la parole.

Le critère culturel

Les malentendants utilisent la lecture labiale en complément de la perception auditive pour comprendre la parole. Majoritairement les malentendants sont à l’aise en français et utilisent peu ou pas la Langue des Signes.

Les sourds ne perçoivent le français oral pratiquement que par les mouvements des lèvres. Les sourds utilisent surtout la Langue des Signes pour s’exprimer. Il convient d’ajouter l’existence d’une « culture sourde » spécifique à la communauté des Sourds et d’une fierté identitaire propre aux sourds.